Friday, 1 February 2019

[Revue n°64] Un carnet pour 2, L'anniv' de MA copine - Sophie Dieuaide


  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 126 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix : 9.90 € 

Résumé :

Un carnet pour deux ?

N’importe quoi ! Encore une idée de génie de notre mère.

On est jumelles, d’accord, ce n’est pas pour ça qu’on doit toujours tout partager !

Par ex : la chambre, les vêtements et… les copines !

- Zoé

A propos des copines, ma chère sœur oublie de dire le plus important :

Elle est jalouse (elle a fait une crise terrible à l’anniv’ d’Inès).

Et la preuve est dans ce caret !

Moi aussi je t’aime !

Lola

LOLA + ZOE = 2

Ce que j’en ai pensé :

Je tiens à remercier la maison d’édition Casterman pour l’envoi de ce livre ainsi que pour la confiance qu’ils m’accordent depuis plus d’un an

Hello tout le monde !

Aujourd’hui, je vous retrouve afin de vous parler d’un livre à destination des plus jeunes.

Il s’agit d’un carnet tenu par des sœurs jumelles, Lola et Zoé. Les carnet est rempli d’illustrations et chaque page contient le point de vue de Lola ou de Zoé. Les deux sœurs écrivent sur les événements qu’ils se passent dans leur vie et les dépeignent avec leur âme d’enfant.

C’est un carnet sympathique pour les lecteurs plus jeunes. Il se lit très vite, l’histoire est drôle et les illustrations sont agréables à regarder.

Personnellement, je n’ai pas été plus conquise que ça par ce bouquin, mais j’ai passé un chouette moment.

La note que je lui donne :

3.5/5
Quelques extraits :





Thursday, 31 January 2019

[Revue n°66] Mentir aux étoiles - Alexandre Chardin


  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 192 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix : 11.90 € 



Résumé :

Comment s’en sortir au collège quand on a toujours été un peu différent, et trop couvé par une mère anxieuse ?

Léon est un jeune garçon un peu étrange, dans son monde, qui se soucie beaucoup des animaux mais aimerait aussi se faire des amis et ne plus avoir peur de tout.

Quand il rencontre Salomé dans les couloirs du collège, avec son rouge à lèvre criard, son look un peu vulgaire et son langage fleuri, son quotidien prend un tour nouveau. Léon prend de l’assurance, ose répondre aux attaques des plus grands et s’émanciper de la tendresse oppressante de sa mère. Bientôt, son entourage s’inquiète de l’influence de Salomé…





Ce que j’en ai pensé :



Je tiens à remercier la maison d’édition Casterman pour l’envoi de ce livre ainsi que pour la confiance qu’ils m’accordent depuis plus d’un an



Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd’hui afin de vous parler d’un livre rempli de tendresse.



Léon est jeune garçon très anxieux. Sa mère le couve énormément, même peut-être un peu trop, ce qui n’aide pas Léon à découvrir le monde par ses propres moyens. Son père essaie qu’il soit plus autonome et empêche sa femme d’avoir une trop grande emprise sur leur fils.



Le jour de la rentrée, Léon n’est pas du tout en confiance et a mal au ventre. Sa mère ne peut s’empêcher de l’accompagner jusque devant l’entrée du bâtiment scolaire.



Au collège, il rencontre Salomé, un fille peu ordinaire. Ses lèvres sont colorées d’un rouge à lèvre extravagant, elle jure beaucoup et arbore un style vestimentaire assez vulgaire. Léon est fasciné par cette jeune fille et, bientôt, une amitié se crée entre eux.



L’histoire m’a plu car on suit l’évolution de Léon. Du petit garçon timide, il devient celui qui prend confiance en lui et qui ne se laisse pas faire par les plus grands que lui. Il possède une personnalité originale, hors du commun même, et je me suis beaucoup attachée à lui.



Salomé est une fille haut en couleur et qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Mais, sous cette apparence de jeune fille sûre d’elle, se cache beaucoup de tendresse.



Le livre se lit très vite et est très bien écrit. J’ai aimé l’ambiance qu’a instauré l’auteur par les mots qu’il a choisi d’aligner sur le papier.



Je vous recommande cette histoire !


La note que je lui donne :



4/5
Quelques extraits :







Monday, 28 January 2019

[Revue n°65] La fille d'avril - Annelise Heurtier


  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 180 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix : 13.90 € 



Résumé :

Une plongée fascinante dans les années 60 à travers le parcours d’une ado déterminée.



1966, dans une petite ville de province. Catherine vit comme la plupart des jeunes filles de son âge : elle aide sa mère aux multiples tâches ménagères et parcourt chaque jour à pied les quatre kilomètres qui la séparent du collège.



Un jour, elle est contrainte de faire le chemin en courant. C’est une révélation : quel sentiment de vitesse, de force, de liberté ! Mais courir dans la rue, surtout pour une femme, est une chose alors impensable.



Pourtant, motivée par un sentiment d’injustice et par une rencontre avec un étudiant militant, Catherine s’interroge, s’obstine, s’entête… jusqu’à mener sa vie dans la direction qu’elle a choisie.  



Ce que j’en ai pensé :



Je tiens à remercier la maison d’édition Casterman pour l’envoi de ce livre ainsi que pour la confiance qu’ils m’accordent depuis plus d’un an



Hello tout le monde !



Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler d’une histoire pas comme les autres. De nos jours, le sport prime sur notre société : il faut être en forme et bien sculpté, rentrer dans les normes. Lorsque l’on s’imagine la course à pied, on se dit que cela est accessible à tout le monde, à condition d’avoir de bonnes chaussures et quelques bases avant de se lancer. Malheureusement, dans cette histoire, cela n’est pas aussi simple.

Catherine se découvre une passion pour la course à pied. Mais elle est une femme et cela n’est pas bien vu de courir dans les rues. Son père dit que les femmes ne sont pas faites pour ce genre de sport et lui défend donc de le pratiquer. Furieuse, Catherine ne compte pas baisser les bras : elle courra si elle en a envie.

L’histoire est originale et je l’ai beaucoup appréciée. Il n’est pas commun de lire ce genre de récit et c’est ce que j’ai aimé avec ce bouquin. J’ai également compris à quel point j’avais de la chance d’être libre de faire ce que j’ai envie de faire.

Catherine est un personnage que j’ai apprécié. Elle possède une force en elle que je lui ai beaucoup envié. Lorsqu’elle décide de se battre pour faire valoir ses droits, elle tient bon, en toute circonstance.

Les pages se tournent rapidement et c’est avec plaisir que l’on découvre cette jolie histoire.

Je vous le conseille si vous avez besoin de vous changer les idées, le temps d’une lecture, et d’oublier le monde qui vous entoure.

La note que je lui donne :



4/5
Quelques extraits :







Sunday, 27 January 2019

[Revue n°63] Ensemble à minuit - Jennifer Castle


  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 350 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix : 16 € 

Résumé :

Ne vous demandez pas ce que le monde peut faire pour vous,

demandez-vous ce que vous pouvez faire pour qu’il soit plus beau.

Et si vous étiez témoin d’un accident, êtes-vous sûr(e) que vous tendriez la main ?

Entre Noël et le jour de l’An. Une jeune fille est renversée sous les yeux de Kendall et Max. Choqués, ils se réfugient dans un café, se sentant coupables de n’être pas intervenus. Là, la serveuse leur lance un défi : elle leur demande de faire sept bonnes actions désintéressées d’ici le 31 à minuit au lieu de se plaindre.

C’est ainsi qu’ils se retrouvent chaque jour à parcourir la ville de New-York où ils tentent d’aider sept inconnu-e-s… parfois adorables, d’autres fois à peine aimables. Mais ils tiennent bon et apprennent eux aussi à se connaître.

Ce que j’en ai pensé :

Je tiens à remercier la maison d’édition Casterman pour l’envoi de ce livre ainsi que pour la confiance qu’ils m’accordent depuis plus d’un an

Hello tout le monde !

Aujourd’hui, je vous retrouve afin de vous parler d’un livre qui m’a énormément touchée. Le petit plus est qu’il se passe entre la période de Noël et du nouvel An, période associée à l’entraide et à la magie des fêtes de fin d’année. Cette lecture m’a permis de faire de jolies et chouettes pauses durant mon blocus.

Blottie confortablement dans mon lit, une couverture et un plaid remontés jusqu’à mon bassin, je me suis laissé emportée par la magie de ce bouquin. Bien que le résumé laisse à penser qu’il s’agit d’une histoire triste, la lecture est parsemée de passages joyeux et remplis d’espoir.

Les personnages possèdent tous une personnalité différente et c’est ce que j’ai le plus aimé dans ce livre. On s’attache/s’identifie ou non à eux. Ce qui fait le charme de l’histoire, c’est que l’on rencontre plusieurs personnes aux vies totalement différentes. C’est super !

Kendall et Max sont attachants. Je ne me suis pas lassée de connaître leur point de vue.

L’atmosphère est parfois pesante mais, dans l’ensemble, il y a cette pointe de magie et d’espoir qui nous accompagne tout au long de notre lecture.

A la fin de ma lecture, je me suis rendu compte qu’il était à portée de main d’aider son prochain. Ne serait-ce qu’avec de simples mots ou de simples gestes : sortir les poubelles, nettoyer la maison, aider à comprendre une leçon…

En conclusion, ce livre m’a beaucoup émue. Il faut le lire au moins une fois dans sa vie.

La note que je lui donne :

4/5

Saturday, 26 January 2019

[Revue n°62] A 18 ans demandons l'impossible - Adeline Regnault



  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 196 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix : 12 € 

Résumé :

« NOUS, LES MOINS DE 21 ANS, NOUS NE POUVONS PAS FAIRE ENTENDRE NOTRE VOIS VIA LE SUFRAGE UNIVERSEL. COMMENT POUVONS-NOUS ALORS MONTRER QUE NOUS AVONS DES IDEES POUR CHANGER LA SOCIETE ? REPONSE : GRÂCE A NOTRE IMAGINATION ! »

Dans son journal intime, Madeleine raconte avec exaltation sa vie d’étudiante, ses révoltes mais aussi ses espoirs…

Elle donne à voir de l’intérieur des événements de mai 68, où un vent de liberté sans précédent soufflait sur la France.

Ce que j’en ai pensé :

Je tiens à remercier la maison d’édition Casterman pour l’envoi de ce livre ainsi que pour la confiance qu’ils m’accordent depuis plus d’un an

Bien le bonjour tout le monde !

Waw… Ce blog a pris la poussière… Disons que je n’avais pas envie de le laisser inactif mais que je n’ai pas vraiment eu le choix. Je peux enfin profiter de quelques jours de vacances après de longues heures passées à étudier mes cours. Les examens étant terminés, je peux enfin me consacrer à la rédaction de plusieurs chroniques. Surtout que la maison d’édition Casterman, avec laquelle je suis en partenariat depuis plus d’un an, m’a envoyé énormément de livres dont je n’ai pas encore eu le temps de faire la chronique. Il est grand temps de rattraper tout ce retard ! Les études, c’est bien. Mais elles ne me laissent pas vraiment le temps de lire.

Ah, j’ai faillis oublier : bonne année à tous ! J’espère que celle-ci sera remplie d’ondes positives et qu’elle vous apportera plein de bonnes choses !

Commençons par le commencement : nous apprenons à connaître Madeleine par le biais de son journal intime. Nous suivons avec elle, les événements de l’année 68. Mais aussi sa vie quotidienne, ses amours, ses ennuis, etc. Bref, Madeleine nous dépeint sa personnalité et ses états d’esprits dans son journal.

L’histoire est plutôt intéressante et la manière dont Madeleine nous en parle, comme si nous étions des amis proches, rend la lecture encore plus agréable. Le livre se lit facilement, les pages se tournent d’elles-mêmes et les nombreux rebondissements font que l’on ne s’ennuie pas.

J’ai beaucoup apprécié l’atmosphère qui se dégageait du livre lorsque j’étais en pleine lecture. Bien que les événements ne soient pas faciles à vivre pour les étudiants, l’humour de Madeleine rend les faits moins bouleversants. J’ai beaucoup aimé sa personnalité et son franc parler. Elle sait ce qu’elle veut et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

C’est un livre à portée de tous. Néanmoins, l’allusion à quelques événements sexuels (dont les détails restent assez softs), pourrait choquer les lecteurs plus jeunes.

En conclusion, si vous désirez lire un livre dont l’histoire ne vous prend pas la tête, je vous conseille cette lecture.

La note que je lui donne :

4/5

Monday, 17 September 2018

[Revue n°61] La course au bonheur - Maggie Lehrman

  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 450 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix :16 € 
Résumé :

Kay : En changeant les traits de mon visage,  je croyais que je serais plus entourée, mieux aimée mais il n'en a rien été. 

Win : C'est surtout la nuit. Ou plus précisément quand le soir tombe, quand j'embrasse Ari que pourtant j'aime tant. Quelque chose me fait si mal que je suffoque. 

Ari : J'ai voulu t'oublier, Win, j'ai voulu oublier l'amour même. Et j'ai payé. En oubliant aussi ce que j'aimais le plus au monde : danser. 

Diana : Mes amis changent, je les trouve différents, distants. Ou ils se tiennent trop près, comme Kay, si gentille, si étouffante, si écoeurante. Et si Ari elle aussi me cachait des choses ? 

Ce que j'en ai pensé :

Hello tout le monde !

Je vous retrouve aujourd'hui pour la chronique d'un livre qui m'a fortement marqué. Au début, je ne savais pas du tout à quel genre d'histoire m'attendre. J'avais un peu peur qu'il s'agisse d'une histoire d'amour. Mais pas du tout. Il s'agit plutôt d'une histoire sur la vie et les conséquences de certains de nos actes sur celle-ci.

J'ai parfois eu du mal avec Ari et certains de ses comportements. Il n'en reste pas moins qu'il s'agit d'une fille touchante et dont l'histoire est assez tragique. J'imagine que j'aurais fait pareil qu'elle si un tel événement m'était arrivé.

Ce roman était comme une parenthèse dans ma vie, comme si celle-ci était mise sur pause afin de vivre celles des personnages. Ce livre nous pousse à prendre conscience que la vie n'est pas un long fleuve tranquille et que nous sommes amenés à faire certains choix à des moments bien précis. Ces choix ont des conséquences, forcément, positives ou négatives.

Je suis passée par toutes sortes d'émotions lors de ma lecture, mais j'avoue que, le plus souvent, j'étais émue. Je me suis sentie très impuissante également.

L'histoire est belle et la morale qui se cache derrière celle-ci l'est encore plus. Je vous encourage à découvrir cette lecture si ce n'est pas déjà fait ! 


La note que je lui donne :

4.5/5

Sunday, 16 September 2018

[Revue n°60] Juniper Lemon ou la stratégie du bonheur - Julie Israel

  • Editeur : Casterman
  • Nombre de pages : 477 pages
  • Année de parution : 2018
  • Prix :16 € 
Résumé :

  • Inventer la recette des cupcakes parfum oursons gélatine
  • Fréquenter un garçon qui chante dans le groupe Muffin Wars
  • Réaliser une expo sauvage dans la cafétéria du lycée 
  • Fouiller sans hésiter une benne à ordures (avec des gants et pour la bonne cause)
  • Avoir envie d'embrasser le chanteur du groupe Muffin Wars
  • Accrocher partout des affichettes "Camie est passée par là"
  • Et penser très fort que oui, même si on est la fragile et fantasque Juniper Lemon, on peut survivre à la disparition de Camie, sa soeur tant aimée. Parce que 1. l'amour ne meurt jamais, et 2. on a mis au point une infaillible stratégie du bonheur...
Ce que j'en ai pensé :

Hello tout le monde !

Je vous écris cette chronique directement après avoir terminé la lecture de ce livre. Je dois avouer que je suis agréablement surprise par son contenu et que celui-ci me laisse un léger pincement au coeur.

Lorsqu'on lit le résumé, on ne sait pas vraiment si l'histoire va être soit toute blanche, soit toute noire. Ce que je veux dire par là, c'est que l'on se demande si la mort de la soeur de Juniper va faire en sorte que le récit soit heureux de par les souvenirs que Juniper fait ressurgir ou si, au contraire, l'histoire sera triste et pesante de par le fait qu'elle ne soit axée que sur ce tragique accident. Disons que c'est un mélange des deux, et c'est vraiment le point fort de ce livre. Il est vrai que j'avais peur que l'histoire soit pesante, mais ça n'a pas du tout été le cas.

Juniper est une fille que j'ai adoré. Et, chose rare, je ne lui ai trouvé aucun défauts. Elle ne m'a pas ennuyée une seule fois. Sa personnalité est géniale et je lui envie certains traits de celle-ci. Elle possède un grand courage et une volonté de fer. J'ai été très surprise de constater qu'elle surmontait le deuil de sa soeur avec autant de force. Certes, elle est très affectée par la tragique disparition de son aînée, mais elle continue d'honorer sa mémoire en pensant à elle et aux souvenirs qu'elles partagent ensemble.

L'histoire est vraiment très touchante. Etant l'aînée d'une fratrie de 3 frères, je n'ai pas pu m'empêcher, à certains moments, de me mettre à sa place et de me demander ce que j'aurais fait et comment est-ce que j'aurais agi si j'avais été à sa place. Ce livre m'a fait prendre conscience que personne n'est immortel. On a souvent tendance à l'oublier jusqu'à ce qu'un événement irréversible vienne nous montrer à quel point on était aveugle. La lecture de ce bouquin mène à réfléchir sur les relations que l'on entretient avec ses proches et ses amis.

J'ai adoré cette lecture, même si ma gorge s'est souvent serrée. Elle est pleine  de douceur et de beauté. Certains passages serrent parfois le coeur, mais d'autres prennent la relève pour nous faire sourire.

Le seul bémol est qu'il y a énormément de fautes à l'intérieur du récit. Soit il manque des mots, soit les mots ne sont pas les bons pour que la phrase soit correcte. Ce détail m'a vraiment déplu. 

Je suis triste de quitter tous ces merveilleux personnages. Mis à part cette peste de Morgan Malloy, je n'ai détesté personne. Les personnages de ce livre sont tous authentiques et très attachants. Ils possèdent des problèmes auxquels chacun peut s'identifier.

Je vous recommande fortement cette lecture. 

La note que je lui donne :